mars 08, 2019

Populaire en Afrique du Nord et en Inde, le henné décore les corps des femmes lors des fêtes ou de célébrations depuis des siècles. Signe de bonne fortune, il est utilisé en Occident aussi, parfois avec une intention de guérison.

Zoom sur le mehndi, un art féminin millénaire.


Il se prononce “Hinna”, le henné provient d’un arbuste poussant en Inde et Afrique du Nord. Fraîchement cueillies, les feuilles sont écrasées, réduites en poudre et mélangées avec de l’huile, du citron et du thé afin de créer une pâte.

Le pigment est alors appliqué sur la surface de la peau et gardé plusieurs heures afin de s’inscrire dans l’épiderme.

Dès l’antiquité, le henné est utilisé comme herbe médicinale en Égypte et en Syrie mais également comme teinture capillaire en Inde.

Plus tard, les motifs au henné sont utilisés selon différents principes esthétiques, religieux, culturels et médicinaux.


Un art millénaire qui célèbre la féminité :

Les symboles et les dessins géométriques peints sur la peau véhiculent tout un pan de la féminité : certains motifs en triangle sont des symboles mêmes de la fécondité. Vu comme un symbole de la beauté féminine, le mehndi est devenu populaire près de 1000 avant J-C.

Le mehndi pour le mariage en Inde

Appliqué sur les mains des futures mariées, il devient aussi un bijou accessible à toutes les femmes, mêmes les plus pauvres. Celles ne possédant pas de bijoux peuvent l’utiliser comme apparat.


Son art est fréquemment utilisé pendant la grosses par exemple : certaines femmes se laissent tenter par les rituels de “Belly blessings”, ornant alors leur ventre de future maman et préparant ainsi l’arrivée de bébé.Aujourd’hui dans notre société occidentale, le henné est utilisé comme bijou de peau mais s’inscrit encore néanmoins dans les traditions ancestrales.


Le mehndi de nos jours :

L'usage du henné a fortement évolué au fil des ans, que ce soit symboliquement ou géographiquement. En Inde, par exemple, il est désormais moins répandu chez les Tamouls que chez la population nord-indienne, pour des raisons culturelles mais également physiques : leur couleur de peau étant plus foncée, cela estompe facilement le design par manque de contraste.

Le facteur géographique accompagne également des distinctions dans les motifs représentés par le mehndi. Ainsi, les hindous auront tendance à représenter des figures inspirées de la nature en reproduisant des animaux et des plantes, tandis que les Tamouls préféreront des motifs circulaires logés dans la paume de la main et des aplats colorés sur les extrémités des doigts et le pourtour des pieds.

Ceci dit, tous sont convaincus avec ferveur que le mehndi constitue une protection contre les forces négatives tout comme le ferait des pierres naturelles. C'est pourquoi il est si fréquemment d'usage de l'appliquer lors des grandes occasions, qui, célébrées avec faste, seraient susceptibles d'attirer l'attention de ces pouvoirs obscurs et du mauvais œil.


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.